La BEAC : 40 ans au service de la stabilité et de la croissance en Afrique Centrale

Créée le 22 novembre 1972, la Banque des Etats de l’Afrique Centrale  (BEAC) est la banque centrale commune aux six Etats qui constituent la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) : le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad. Le 22 novembre 2012, la BEAC célébrera quarante années consacrées au bien-être des populations de la CEMAC.

› Les six missions de la BEAC :

La BEAC a pour mission de :

  • Définir et conduire la politique monétaire de l’Union ;
  • Emettre et mettre en circulation le Franc CFA1, monnaie commune de la zone CEMAC ;
  • Conduire la politique de change de la zone CEMAC ;
  • Détenir et gérer les réserves officielles de change des Etats membres ;
  • Promouvoir les systèmes de paiement et de règlement et veiller à leur bon fonctionnement ;
  • Promouvoir la stabilité financière au sein de l’Union monétaire.

› La BEAC moteur d’intégration économique

Par ses actions en faveur de la coopération monétaire, la BEAC participe au renforcement de l’intégration économique dans la CEMAC. Sans remettre en cause son objectif premier de stabilité monétaire, la Banque apporte son soutien aux politiques économiques mises en œuvre par les Etats. Ainsi, dans un contexte international difficile, la CEMAC affiche une croissance solide, projetée à 5,7 % pour 2012. La politique monétaire commune a permis de maintenir les tensions inflationnistes autour de 3% ; tandis que la couverture extérieure de la monnaie reste confortable.

En sa qualité de conseiller financier des Etats membres de la CEMAC, la BEAC participe également aux rencontres avec les institutions financières internationales. Cette coopération au niveau international associée à une meilleure gestion des finances publiques ont permis un désendettement progressif de la plupart des Etats.

Enfin, la BEAC encourage la diversification des bases productives des économies de la CEMAC en vue d’assurer la lutte contre la pauvreté et une croissance pérenne.

› La BEAC et le système financier

Depuis les années 1990, la BEAC s’est engagée dans un vaste chantier de réformes visant à mettre en place un système financier sain et propice au développement.

La création de la Commission Bancaire de l’Afrique Centrale en 1990 et l’harmonisation de la réglementation bancaire en Afrique centrale en 1992 témoignent d’une volonté ferme de consolider l’union bancaire et de promouvoir un système bancaire solide.

La modernisation des systèmes et moyens de paiements engagée au début des années 2000 marque une étape supplémentaire dans l’approfondissement du système financier de la sous-région.

A travers cette réforme, la BEAC vise à moyen terme le renforcement des échanges commerciaux au sein de la CEMAC, un meilleur accès des populations aux services bancaires et une hausse du taux de bancarisation de la sous-région.

Par ailleurs, tirant les leçons des récentes crises financières et forte de l’expérience des autres banques centrales, la BEAC accorde une plus grande attention au bon fonctionnement du système financier de la CEMAC. C’est pourquoi en 2010 son mandat a été étendu à la promotion de la stabilité financière au sein de la zone. Dans les faits, cette nouvelle mission se traduit par une réorganisation au niveau interne et la mise en place progressive d’un cadre de coopération entre la BEAC, les Etats membres et les autres institutions financières de la sous-région.

› La BEAC, les réformes institutionnelles et la gouvernance

Afin de mieux répondre aux besoins des populations de la CEMAC et dans un souci d’amélioration de ses performances, la BEAC a entrepris une révision de son mode de fonctionnement interne. Cette action s’inscrit dans le programme des réformes des institutions de la CEMAC.

Au niveau de la BEAC, ces réformes ont permis entre autres d’assurer la collégialité dans la gestion interne et les prises de décision en matière de politique monétaire. En effet, le Gouvernement de la Banque a été élargi de 3 à 6 membres, par la création de trois postes de Directeurs Généraux. En outre, à l’instar de plusieurs autres banques centrales, la BEAC s’est dotée en 2007 d’un comité de politique monétaire.

Par ailleurs, la Banque a mis en place en 2010 un plan stratégique de trois ans dans le but de s’aligner sur les standards internationaux en matière de gouvernance. Ce plan, qui a bénéficié du soutien des partenaires extérieurs et des Etats membres, comprend 85 mesures réparties entre les secteurs de la comptabilité, de la gestion, des ressources humaines ou encore de l’informatique.

A cet effet, parce que la richesse d’une institution repose sur les femmes et les hommes qui y travaillent, la gestion optimale des ressources humaines constitue un enjeu stratégique. Aussi, avec le Plan Directeur des Ressources Humaines (PDRH) initié en 2012, la Banque entend mieux mobiliser et développer les compétences de son personnel tout en lui assurant un cadre de travail favorable.

  • 1972-2012 : 40 ans d’histoire de la BEAC 22 novembre 1972 : Création de la Banque des Etats de l'Afrique Centrale (BEAC) en remplacement de la Banque Centrale des Etats de l’Afrique Equatoriale et du Cameroun (BCEAEC) et création du Francs de la Coopération Financière en Afrique Centrale (FCFA)....
  • La BEAC : 40 ans au service de la stabilité et de la croissance en Afrique Centrale Créée le 22 novembre 1972, la Banque des Etats de l’Afrique Centrale  (BEAC) est la banque centrale commune aux six Etats qui constituent la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) : le Cameroun, la Centrafrique, le Congo,...